Carnet d’adresses à Lisbonne

La capitale du Portugal est une ville à taille humaine construite sur sept collines. Mi-atlantique mi-méditerranéenne, Lisbonne semble posée à l’embouchure du Tage, telle « une ville qui navigue » (Cardoso Pires). Gonflez vos poumons, respirez à pleines brassées le vent qui souffle de l’Atlantique, et laissez-vous porter par la douce mélancolie si typiquement lisboète. Depuis ses fortifications maures de l’Alfama jusqu’aux édifices modernes du Parque das Nações, l’architecture de Lisbonne présente un extraordinaire mélange d’ancien et de contemporain. Les Lisbonne d’aujourd’hui et d’autrefois s’entrecroisent et se répondent, à travers des lieux inattendus, recoins inexplorés et quartiers méconnus.

©Sabrina Pessanha Foucaud

Vous aimerez cette cohabitation harmonieuse entre quartiers ultra-modernes (en particulier celui de l’Exposition universelle de 1998) et le labyrinthe de ruelles qui compose le centre historique. Lisbonne a fait le pari de la mutation il y a une quinzaine d’années et force est de constater qu’elle l’a réussi : réhabilitation des anciens docks, transformation des pavillons de l’Expo’98 en espaces de conférences, casino, centres commerciaux très recherchés, et aussi choix affirmé d’ouverture aux jeunes talents (mode, design, gastronomie, arts plastiques). Haute en couleurs, Lisbonne séduit par ses belvédères et ses effluves marins. Lisbonne, c’est aussi une mélodie qui demande à être ressentie avant tout, à l’instar du sifflement de freins de ses tramways brinquebalants et de la suave mélopée qui s’échappe d’une casa de fado…

 

Carnet d’adresse à Lisbonne

La culture des Lisboètes 

À Lisbonne, les occasions de s’extasier face à l’héritage d’un passé glorieux fait de Grandes découvertes et à la percée fulgurante de la modernité sont nombreuses. De ce passé est né un jour le mouvement. Celui qui caractérise aujourd’hui Lisbonne, capitale européenne à visage humain qui puise dans ses racines un élan créatif. Très présents dans le quartier de Belém, les hommages au passé cohabitent avec les symboles d’avenir, incarnés par le nouveau quartier Oriente-Parque das Nações et les nouvelles formes d’expression artistique comme le street art. Au fil du Tage, le fleuve qui la borde, Lisbonne a su regarder vers le large. En témoignent la formidable réussite de la diva de l’art contemporain Joana Vasconcelos – célébrée à Versailles en 2012 – ou la success story fulgurante de la créatrice de mode, Fátima Lopes.

 

©Sabrina Pessanha Foucaud

 

L’incontournable Galeria de Arte Urbana

D’après un recensement mené en 2008, la capitale portugaise compterait 4 000 immeubles abandonnés faute de moyens suffisants pour les rénover. En 2008, le président Cavaco Silva annonce la création au sein du service culturel de la mairie d’une Galeria de Arte Urbana (GAU) : des peintres d’art mural de l’ombre sont invités à s’exprimer sur des panneaux de bois installés dans la rue touristique Calçada da Glória. Le projet a contribué à la réduction des actes de vandalisme et de dégradation du patrimoine historique de Lisbonne. Et depuis 2011, ce sont les poubelles de collecte de verre qui se font refaire une beauté. Ouvrez l’œil !

©Sabrina Pessanha Foucaud

ww.facebook.com/galeriadearteurbana

 

Le + sur les rails :  Paulo Dias, conducteur du tram 28

©Sabrina Pessanha Foucaud

Conduire chaque jour des centaines de touristes et d’habitués à bord du mythique tram 28, ça doit être gratifiant, non ?

« Cela fait sept ans que je conduis de vieux tramways à Lisbonne, et notamment le n° 28 entre Campo de Ourique et Martim Moniz. J’adore mon job et il me le rend bien ! »

Quel est votre quartier préféré à Lisbonne ?

« J’adore la ligne 28 et les quartiers qu’elle traverse, parce qu’elle brasse un flux de passagers très différents : travailleurs, touristes, retraités du coin… Du fait de l’exiguïté qui caractérise nos vieux tramways, on communique davantage, on se rapproche. Je me suis même fait des amis dans les quartiers d’Alfama et Estrela. Nombreux sont les locaux qui me reconnaissent et me saluent au passage du tram. »

Votre meilleur moment à bord ?

« La question n’est pas évidente, il y en a eu tellement ! Chaque jour a son lot d’anecdotes. Récemment, une touriste émue aux larmes est venue me faire la bise pour me remercier. »

 

Shoppez à Lisbonne 

 

En parfait épicurien, le Lisboète mange bien et mange généreux. À l’heure du petit déjeuner, et même tout au long de la journée, appuyé au comptoir d’une pastelaria, il boit sa bica (l’expresso local) accompagnée d’un pastel de nata. Une manière de commencer sa journée en douceur… Pour se détendre après une longue journée de marche, on pourra opter pour la séance de flottaison ou le massage revigorant en spa. Côté shopping, on met le cap sur le quartier du Chiado ou sur la célèbre chaîne de grands magasins espagnole El Corte Inglés. Les fashionistas en quête de mode plus pointue se tourneront vers les créateurs talentueux que compte Lisbonne. Le samedi matin, on ne manque surtout pas le marché aux puces pour son ambiance unique et pour les petits trésors insoupçonnés qu’il renferme.

©Sabrina Pessanha Foucaud

 

L’incontournable Antiga Confeitaria de Belém 

Une autre institution à Lisbonne ! Dans cette pâtisserie salon de thé fondée en 1837, à deux pas du monastère des Hiéronymites, le monde entier se presse à toute heure de la journée pour déguster les pastéis de nata : des petits flans lovés dans une pâte feuilletée finement croustillante. Cette petite douceur addictive est vendue un peu partout dans Lisbonne, mais on dit que cette adresse détient LA recette du véritable pastel de Belém depuis le xixe siècle. Tant et si bien qu’il s’en vend jusqu’à 15 000 pièces les meilleurs jours. L’affluence est telle que le salon de thé ne cesse de s’agrandir. Conseil pour gourmands : saupoudrez votre pastel de nata de cannelle et croquez dedans tant qu’il est encore tiède.

©Sabrina Pessanha Foucaud

8 h-minuit
Hiver jusqu’à 23 h
1,05 € pièce
Rua de Belém, 84-92
Tél. 213 637 423
Tram : Belém-Jerónimos
www.pasteisdebelem.pt

 

 

 

 

La + en boite : Conserveira de Lisboa

Dans cette petite boutique au décor typique des années 1930, on emballe encore à la main les boîtes de conserve Tricana, Minor et Prata do Mar dans leur packaging vintage devenu furieusement tendance. Depuis sa création, la Conserveira de Lisboa n’a de cesse de mettre en valeur le meilleur de l’océan, essentiellement la sardine, le maquereau, le poulpe, la moule, l’anchois et la morue. L’endroit est touristique mais les conserves sont vraiment d’excellente qualité, bien loin des conserves de supermarché. Un choix impressionnant qui donne envie de tout acheter ! Pour la petite anecdote : la boutique se trouve dans la rue « des Vendeurs de morue ».

©Sabrina Pessanha Foucaud

Lundi-samedi 9 h-19 h
Conserve 2-10 €
Rua dos Bacalhoeiros, 34
Tél. 218 864 009
Métro : Terreiro do Paço
www.conserveiradelisboa.pt

 

 

 

Les sorties dans la ville

En bon épicurien, le Lisboète aime démarrer sa soirée par quelques petiscos arrosés de bon vin local. Puis vient le temps du dîner, qui sera, au choix : traditionnel et copieux, ou gastronomique et presque light. Car sortir à Lisbonne, c’est aussi apprécier la gastronomie portugaise dans un petit restaurant familial ou savourer une cuisine de grand chef, innovante et inventive. À Lisboa, la nuit commence souvent dans le Bairro Alto, un quartier pittoresque qui concentre de nombreux bars gay friendly. Autre option, l’ancien quartier rouge de Cais do Sodré, devenu très tendance. Plus tard dans la nuit, on mettra le cap sur les Docas de Santo Amaro et de Alcântara pour investir des hangars vides transformés en bars ou clubs ouverts jusqu’à l’aube. Cerise sur le gâteau : à la sortie, on assistera gratuitement à un lever de soleil mémorable.

©Sabrina Pessanha Foucaud

 

L’incontournable Lost In Esplanada Bar 

Embarquement immédiat pour une oasis urbaine invitant au voyage dans une ambiance décontractée. Faites abstraction de la vie citadine, et passez en mode shanti : paix et tranquillité. On entre par la petite boutique indienne où l’on vend des vêtements, des écharpes de soie et autres produits. La décoration du bar est complètement inspirée de l’Inde. Une explosion de couleurs chaudes facilite la transition. L’ambiance est zen et l’accueil très chaleureux. En été, on appréciera les sessions de jazz organisées au jardin. L’hiver, la terrasse est couverte et accueille des trios de musiciens portugais talentueux. Assis sous un arbre ou un parasol bariolé, sur un pouf ou un joli banc rose, on s’émerveille face à la vue imprenable sur la ville.

©Sabrina Pessanha Foucaud

Lundi 16 h-minuit
Mardi-samedi 12 h 30-minuit
Jazz sessions en été
Déjeuner 10 €
Happy Hour 17 h-18 h : Bière 1 € Verre de sangria 2 €
Rua Dom Pedro V, 56
Tél. 917 759 282 Métro : Baixa-Chiado
www.lostin.com.pt

 

 

Le + wild : Casa Independente 

Changement de quartier, changement de clientèle et d’ambiance. Nous sommes dans la Mouraria. La Casa Independente se définit elle-même comme une « taverne tropicale ». Un trio de femmes est à l’origine de ce lieu cosmopolite et hybride. On vient ici goûter une cuisine de tapas fraîche et inventive, lire, discuter, écouter de la bonne musique world, folk et rock. Côté déco, le mobilier de récup’ fait des miracles. Ambiance très relax et toilettes aménagées en galerie d’art. Ce n’est pas un restaurant mais vous pourrez commander une salade, un croque ou une part de gâteau maison pour grignoter à l’une des tables du charmant patio intérieur. Et il y a aussi du vin chaud.

©Sabrina Pessanha Foucaud

Restaurant : Mardi-samedi 11 h-22 h
Bar et club : 11 h-minuit
Vendredi-samedi jusqu’à 2 h
Entrée libre / 3 €
Largo Intendente, 45
Tél. 218 875 143
Métro : Intendente
http://casaindependente.tumblr.com

 

 

Loisirs et escapades à Lisbonne 

Au-delà des visites culturelles classiques, Lisbonne dispose d’autres atouts pour séduire le visiteur en quête d’activités originales à faire en couple ou entre amis. En famille, on pourra mettre le cap sur le Parque das Nações, un lieu de promenade et de divertissement très recherché par les Lisboètes. La ville compte plusieurs parcs et jardins, un zoo et même un des plus grands aquariums d’Europe. Aux environs de Lisbonne, il y a beaucoup à explorer également : palais de contes de fées, plages, petits ports de pêche, réserve naturelle, etc. C’est le moment de louer une voiture (ou de prendre le train) pour aller explorer les plages de la côte et le riche patrimoine culturel de la région de Lisbonne. Les amateurs de golf ou de sports nautiques ne sont pas en reste puisque les parcours de prestige et les spots de glisse foisonnent dans les environs de la ville.

©Sabrina Pessanha Foucaud

 

L’incontournable Tapada das Necessidades 

Au-delà des visites culturelles classiques, Lisbonne dispose d’autres atouts pour séduire le visiteur en quête d’activités originales à faire en couple ou entre amis. En famille, on pourra mettre le cap sur le Parque das Nações, un lieu de promenade et de divertissement très recherché par les Lisboètes. La ville compte plusieurs parcs et jardins, un zoo et même un des plus grands aquariums d’Europe. Aux environs de Lisbonne, il y a beaucoup à explorer également : palais de contes de fées, plages, petits ports de pêche, réserve naturelle, etc. C’est le moment de louer une voiture (ou de prendre le train) pour aller explorer les plages de la côte et le riche patrimoine culturel de la région de Lisbonne. Les amateurs de golf ou de sports nautiques ne sont pas en reste puisque les parcours de prestige et les spots de glisse foisonnent dans les environs de la ville.

©Sabrina Pessanha Foucaud

Été : lundi-vendredi 8 h-19 h
Samedi-dimanche 10 h-19 h
Hiver : lundi-vendredi 8 h-18 h Samedi-dimanche 10 h-18 h
Gratuit
Largo das Necessidades
Tél. 213 932 110
Train : gare d’Alcântara

 

 

La plage la + surf : Cascais et plage de Guincho 

Depuis la gare de Cais do Sodré, à Lisbonne, le train vous mènera le long de la côte. On pourra descendre à l’un des arrêts de la ligne entre Oeiras et Cascais, marcher quelques centaines de mètres et poser sa serviette sur le sable chaud. Cascais, c’est un peu le Saint-Tropez du Portugal. Vous aimerez lézarder au soleil sur le sable blond ou à la terrasse de l’un de ses nombreux petits cafés. À 8 kilomètres de là, il existe un spot prisé des Lisboètes et des amateurs de planche à voile et de windsurf : la plage de Guincho. Elle est très facile d’accès en vélo. Grâce aux falaises en toile de fond, le vent souffle fort l’été avec l’effet Venturi. Il existe bien d’autres spots tout le long de la côte, comme celui de Praia Grande qui accueille régulièrement des compétitions internationales. Elle sert régulièrement de décor aux championnats d’Europe de surf et windsurf.

©Sabrina Pessanha Foucaud

Train : Cais do Sodré -› Cascais + Bus 405, 415 : Praia do Guincho

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin : 

Notre guide

Lisbonne l’essentiel 

Sabrina Pessanha Foucaud

Auteur Nomade expatrié