Carnet d’adresses à Belfast

 

De Belfast, on garde les images de ces immeubles détruits par les bombes, ces rues grises, barricadées, désertes. Aujourd’hui, elle laisse tomber le masque austère de la ville morcelée par les grillages en fer. Belfast la cabossée que l’on venait visiter pour ses murs de la paix séparant deux communautés (catholique et protestante), salement amochée par un conflit d’une trentaine d’années, se fait une beauté.  Là, les quartiers portent de nouveaux noms, ici, l’art de rue fleurit, et tous se réapproprient un héritage qu’on leur avait, pour un temps, subtilisé.

Peu de gens s’imaginent combien elle est belle, cette capitale nord-irlandaise encerclée de collines qui s’étend vers la mer. Belfast confidentielle et pourtant si bruyante.

C’est qu’elle cache bien son jeu, la coquine, et il faut franchir les portes battantes des pubs pour découvrir la vie débordante des Irlandais qui entonnent les refrains de musiques traditionnelles, pinte de bière à la main. Une destination idéale pour les amateurs de circuits gastronomiques, randonnées ou road trip spectaculaires. Ceux qui privilégient l’histoire ne seront pas en reste ; peuple de grands bavards, les Belfastois sont fiers de leurs racines et se plaisent à raconter les légendes du passé. Vous n’y trouverez pas Big Ben, la Tour Eiffel ou le Colisée, mais la visiter, c’est s’y attacher, et prendre le risque d’y retourner !

 

Les auteurs : Louise Henaff est documentariste radiophonique et auteur de plusieurs documentaires et reportages sur l’Irlande du Nord pour France Culture. Belfast est devenue sa terre d’accueil et d’exploration. Thomas Liverzay travaille dans l’environnement. Il est passionné de photo, de grimpette et de voyages. Il a photographié les séparations des quartiers protestants et catholiques de Belfast et y retourne régulièrement observer les changements urbains à travers son objectif. Unis par une solide amitié qui remonte aux bancs du lycée, Louise et Thomas voyagent régulièrement ensemble et partagent le goût de la bonne chair. Des idées plein les poches et le sac à dos toujours sur le qui-vive, l’appareil photo de Thomas rejoint l’écriture ou les projets sonores de Louise dès que possible.

Le Carnet d’adresses

La culture à Belfast

 

Moins attractive que sa jumelle dublinoise, moins champêtre que sa consœur de l’ouest Galway, la capitale nord-irlandaise brandit le fanion de la créativité. Pour récupérer ses lettres de noblesse, elle transforme les vestiges de son passé industriel en hauts lieux culturels. L’ombre du poète Seamus Heaney plane sur la ville et les paroles du jazzman Van Morrison résonnent encore dans les parcs et rues résidentielles de la périphérie est. Belfast, berceau du Titanic, a biberonné et inspiré de nombreux écrivains, musiciens, peintres et photographes. Si les mémoires du conflit nord-irlandais sont encore vives, Belfast se tourne désormais vers l’avenir et s’ouvre à l’international. Ici, la culture n’a ni âge, ni classe, ni religion. L’agenda culturel est rempli d’activités qui ont pour mission d’ouvrir le dialogue avec les citoyens et les communautés et de célébrer son patrimoine.

Thomas Liverzay

 

L’incontournable Belfast city hall

Le somptueux hôtel de ville ou City Hall marque le cœur de Belfast. Sa taille imposante contraste avec les autres bâtiments de la ville et la pierre blanche de Portland fait la nique à la célèbre brique rouge. Cadeau de la reine Victoria à la ville de Belfast, il rappelle sa prospérité passée et son héritage industriel. La visite démarre par le hall d’entrée où le marbre italien côtoie les vitraux colorés et le lustre en acier. À l’étage, plongez dans le système politique en visitant la chambre du conseil où se réunissent mensuellement les élus, et la galerie de portraits des anciens maires. Les jardins accueillent volontiers les citadins qui viennent déjeuner et se détendre au gré des festivités locales. La nuit, l’édifice s’illumine et change de couleur en fonction du calendrier culturel et de l’actualité internationale.

 

Thomas Liverzay

Lundi-vendredi 10 h-16 h
Toutes les heures
Samedi-dimanche 12 h-16 h
Visite gratuite (en anglais)
Durée 45 minutes
Donegall Square – City Center Bus (toutes les lignes) : Donegall Square

 

 

 

 

 

Le + folklorique : La Saint Patrick

De Boston à Dublin en passant par Sydney, Bombay et Montréal, chaque 17 mars, la terre entière se pare de vert pour rendre hommage au patron des Irlandais. C’est avec un trèfle à trois feuilles que saint Patrick explique la trinité aux païens et convertit l’Irlande au christianisme. Alors, le trèfle boutonné au corsage, le chapeau de leprechaun vissé sur la tête, le drapeau irlandais peinturluré sur les joues, vous voilà prêts à défiler. À Belfast, les festivités n’attendent pas la nuit tombée. Dès midi, on se rassemble pour le défilé avant d’écouter les concerts une pinte de Guinness à la main. Entonnez des airs populaires devant l’hôtel de ville, admirez les costumes de la parade, dansez jusqu’à en avoir mal aux pieds, trinquez à saint Patrick, à tous les Irlandais d’Irlande et d’ailleurs, et riez à gorge déployée d’être ainsi mêlé au craic irlandais. Sur Falls Road, le quartier catholique de Belfast, la fête se prolonge dans les pubs plusieurs jours après.

 

Thomas Liverzay

17 mars
Départ de la parade : 12 h Hôtel de ville
– City Center Bus (toutes les lignes) :
Donegall Square

 

 

 

Shopping dans la ville

 

La fierté des habitants de Belfast pour leur ville et leur île est contagieuse. Seules comptent votre appréciation de la   ville et votre connaissance de toutes les bonnes choses qu’ils peuvent vous offrir. Pas simple pourtant de dénicher des boutiques authentiques tant le centreville est investi par les grandes chaînes internationales. Alors, pour y remédier, de nouveaux labels ont vu le jour pour défendre la production locale et le made in NI (Northern Ireland). Cet engouement récent pour les spécialités du cru fait saliver. On a l’eau à la bouche à l’évocation du simple nom de Mike’s Fancy Cheese, on s’anime à l’idée d’écouter la musique live à Saint George’s Market avec son Belfast Bap en sirotant une bière artisanale. On s’enorgueillit d’avoir vu les bijoux de Game of Thrones ou obtenu un livre dédicacé par l’écrivain Glenn Patterson. Mais à Belfast, les célébrités et artisans ne prennent pas le melon. Le talent, c’est aussi beaucoup de travail !

 

L’incontournable Victoria Square

C’est le plus grand centre commercial d’Irlande du Nord. Sur quatre étages, il réunit 70 marques de renommée internationale, des restaurants et un cinéma. Un temple de la consommation de 75 000 m2 à l’architecture ambitieuse. Le centre est couvert par un dôme de verre géant aux teintes bleutées à la nuit tombée. Prenez l’ascenseur jusqu’au dernier étage pour admirer la vue panoramique sur la rivière Lagan et les Mourne Mountains

 

Thomas Liverzay

Victoria square Lundi-samedi 9 h-18 h
Jeudi-vendredi jusqu’à 21 h
Dimanche 13 h-18 h
1 Victoria Square – City Center
Bus (toutes les lignes) : Donegall Square
www.victoriasquare.com

 

 

Le + gourmand  : Sawers !

Une envie de miel à la truffe ? Besoin d’olives Kalamata et de charcuterie italienne pour votre apéro ? S’il n’y en a pas chez Sawers, alors vous ne les trouverez nulle part ailleurs ; ainsi va le dicton. Fondée en 1897, cette boutique familiale fait partie des murs de Belfast. Elle a approvisionné le Titanic en volailles, fromages et autres victuailles, a connu deux guerres mondiales et a traversé le conflit nord-irlandais. Et pourtant, elle est toujours debout ! Au rayon épicerie, des produits de qualité importés des quatre coins du monde, et côté traiteur, on vient composer sa salade. À la découpe, on trouve de la charcuterie italienne ou du fromage irlandais parmi une riche sélection. À découvrir aussi, l’alléchante huile de colza fabriquée en Irlande du Nord – un régal

 

Thomas Liverzay

Lundi-samedi 9 h-17 h 30
Wrap et bagel 4,95 £
Coffrets 59 £
5-6 Fountain Center – City Center Bus (toutes les lignes) : Donegall Square
www.sawersbelfast.com

 

 

 

Sortez à Belfast

 

Juchées sur des talons hauts, maquillage pimpant et robes moulantes, les Belfastoises s’apprêtent pour sortir. Quel spectacle de voir ces filles défiler dans les rues de Cathedral Quarter, la démarche assurée… et les retrouver quelques heures plus tard, le pas chancelant, complètement éméchées ! Il n’y a qu’au pub qu’on s’autorise une tenue décontractée. Pas besoin d’avoir le swag, on y est comme à la maison. Et Belfast regorge de pubs traditionnels où musique live et bières artisanales se tutoient. Côté gargouillis, il fut un temps où manger à Belfast se résumait au ragoût purée ou au fish and chips. Voilà ce temps révolu. Les bonnes adresses fleurissent dans la capitale nordirlandaise qui s’est complètement métamorphosée ces dernières années. Pour ceux qui voudraient explorer la vie nocturne de Belfast sans choisir entre restaurant, pub ou salle de concert, optez pour les trois en un. Mais attention, dès deux heures sonnées, tout est fermé.

Thomas Liverzay

L’incontournable Duke of York

Avec ses bancs rouges, sa devanture fleurie et une petite cour extérieure joliment égayée par des peintures murales célébrant les artistes et emblèmes de la ville, The Duke of York est le pub le plus emblématique de Cathedral Quarter, sinon de Belfast. Sur les murs, des affiches de collection pour différentes marques de whiskey, des tableaux et pancartes publicitaires pour la Guinness, des objets à la gloire de l’industrie de la presse de Belfast : bienvenue dans l’antre de la convivialité. On y trouve une très belle carte de whiskies irlandais, complète et pointue avec des bouteilles haut de gamme et de rares millésimes. La Guinness pression y est également très bonne. Pris d’assaut dès le vendredi soir, il sera difficile de s’asseoir, mais qu’à cela ne tienne, les tournées, la promiscuité et la musique live vous feront tenir debout jusqu’à la fin de soirée. Si votre adolescence a été rythmée par l’album Final Straw de Snow Patrol, sachez que le groupe a joué son premier concert au Duke of York en 1998 ! Et pour la petite histoire, Gerry Adams, leader de Sinn Féin, y a été barman.

 

Lundi 11 h 30-23 h
Mardi-samedi 11 h-1 h
Dimanche 15 h-20 h
Jameson 3,60 £ / Pinte 4,40 £
Commercial Court – Cathedral Quarter
Tél. +44 28 9024 1062
Bus (toutes les lignes) : Donegall Square
www.dukeofyorkbelfast.com

 

Le + ouvert : Sunflower Public House 

Intrigante, cette cage verte à l’entrée d’un pub ! Un souvenir laissé par les troubles. Précaution sécuritaire des années 1980 quand les pubs étaient encore ciblés par les groupes terroristes. Repeinte et fleurie, elle fait désormais la singularité du Sunflower. Ici, la musique est omniprésente. Chaque soir, un concert. Au menu : lundi, scène ouverte, mercredi, cornemuse, dimanche, musique traditionnelle, et les autres soirs, il faut venir voir ! Outre le joli choix de bières et cidres locaux, on vient aussi ici pour le beer garden décoré par des street artistes et son fameux four à pizza. Les jeudis, vendredis et samedis, le pub vous régale de pizzas cuites en quelques minutes, épongeant les pintes qui s’alignent. Détail non négligeable, le pub est gay friendly.

 

Thomas Liverzay

Lundi-jeudi 12 h-minuit
Vendredi-samedi 12 h-1 h
Dimanche 17 h-minuit
Pinte 3,30 £
65 Union Street – Cathedral Quarter
Tél. +44 28 9023 2474
Bus (toutes les lignes) : Donegall Square
www.sunflowerbelfast.com

 

 

 

 

Loisirs et escapades en Belfast

 

Sur l’île d’Émeraude, se mettre au vert relève du pléonasme ! À Belfast, comme partout en Irlande, on n’aime rien tant que de prendre la voiture ou le vélo pour parcourir les magnifiques sentiers côtiers. Nulle part ailleurs on ne trouvera cette alternance de prairies verdoyantes et vallées menaçantes, stations balnéaires paisibles et falaises escarpées. La météo changeante capte les ambiances tantôt mystérieuses, tantôt bucoliques mais toujours envoûtantes de la lande nord-irlandaise. À pied, on préfère la grimpette sur les hauteurs des collines qui encerclent la ville et les sommets des Mournes, avec une vue imprenable sur le lough et la mer. De l’eau, toujours de l’eau, pour ces insulaires qui, de génération en génération, ont pris la mer. Et dans leurs yeux couleur azur, on lit cet appel du large qui les emmène au loin. Pourtant, toujours ils reviennent, car Belfast est leur terre d’ancrage, leur home dont ils sont fiers.

Thomas Liverzay

L’incontournable Lagan Towpath

Amoureux de la nature, la rivière Lagan vous montre la voie. Sur un parcours de 18 kilomètres qui serpentent à travers des parcs et zones boisées, elle vous conduit de Belfast à Lisburn. À vélo ou à pied, il suffit de suivre le sentier. Au départ de Belfast, vous pouvez l’emprunter depuis Lockview Road, Stranmillis. Vous cheminez alors sur une route complètement aménagée et paisible. Vous croisez quelques joggueurs et promeneurs et, de temps en temps, des cyclistes qui passent en flèche. C’est en sortant de Belfast que le parcours devient boisé et plus solitaire. À mi-chemin, faites une halte au pub Rob Stewarts, où est tirée la meilleure Guinness. Mention spéciale aux parcs Clement Wilson et Barnett Demesne, des paradis de verdure !

 

Point de départ : Lockview Road, Stranmillis
Bus 8a : Stranmillis College
www.walkni.com/walks/40/lagan-towpath 

 

Le + fleuri :  Le Botanic Garden

Chaque jour, des milliers d’étudiants, familles et touristes foulent les pelouses parfaitement entretenues de ce parc de 11 hectares. En son sein, la Palm House : une magnifique serre à l’armature de fonte construite en 1839. Dotée de deux ailes, l’une tropicale, l’autre tempérée, elle est idéale pour venir se réchauffer. Les plantes y viennent de tous les continents. Sous la coupole, les cactus grimpent le long de la verrière pour attraper les rayons du soleil. La deuxième serre, Tropical Ravine House, rassemble les plus anciennes plantes à graines et autres variétés de bromélia et d’orchidées. Lieu de détente de prédilection des étudiants de la voisine Queen’s University, c’est aussi l’endroit idéal pour une pause déjeuner ou pour une balade après avoir visité l’Ulster Museum.

 

Thomas Liverzay

Serre : 10 h-16 h 45
Parc : 10 h-21 h
Gratuit College Park, Botanic Avenue –
Queen’s Quarter Bus 8 :
Upper Crescent Queen’s University

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Belfast l’essentiel

Louise Henaff & Thomas Liverzay

 

Auteur Nomade expatrié